vous êtes le
visiteur  

Retrouvez-moi et suivez toute l'actualité sur 

  • Facebook Classic

Vous aimez ce site ? Faites-le découvrir à vos amis 

Actualités

Si la covid et ses cousins veulent bien nous laisser un peu tranquille, nous aurons quelques possibilités de nous rencontrer.
Tout le programme ici :
Découvrez la nouvelle enquête du commissaire Aimeric Moss :
De nouveaux avis sur l'ensemble de mes romans, mais aussi "Petits secrets de voisinage" et "L'avenir ne nous appartient pas" : 
à découvrir à Marseille :

L'actualité en images

retour au menu
Salon de La Fare Les Oliviers
Salon de La Fare Les Oliviers

programme

Festival du Livre Guillaumes (06)2021
Festival du Livre Guillaumes (06)2021

Tu n'en sortiras pas vivant
Tu n'en sortiras pas vivant

Alors que le suicide de l’un de ses collaborateurs, survenu la semaine précédente, ne fait aucun doute, l’un des avocats les plus médiatisés de Marseille demande aux policiers d’ouvrir une enquête préliminaire et de revoir les conclusions de leurs dernières investigations. Se basant sur une lettre anonyme qu’il a reçue à son domicile, il laisse supposer non seulement que son associé ne s’est pas suicidé, mais aussi qu’il est le prochain sur la liste.

Salon de La Fare Les Oliviers
Salon de La Fare Les Oliviers

programme

1/28
retour au menu

Vous voulez me rencontrer ? 

Simplement me contacter ? 

Juste me laisser un commentaire ?

En savoir plus sur mon parcours ?

ou ne rien manquer ?

Remplissez ce formulaire >>

merci d'autoriser votre boite mail à recevoir mes envois

retour au menu

Besoin d'un avis ?

découvrez ceux des lecteurs

 

 Les livres sont en vente chez les éditeurs :

ou sur les librairies virutelles (cultura, fnac, espace culturel e.leclerc...)

retour au menu

Mais qui suis-je ?

Photo id _4ème_201019.jpg

Mère de famille de quatre enfants et grand-mère, passionnée de lecture et d’écriture depuis mon enfance, je vis à Marseille depuis toujours.

Souffrant d’une surdité partielle et cataloguée comme « nulle en Français » par mes enseignants, tout ce que j'écris depuis l’âge de dix ans finit au panier. Ce n’est qu’à l’âge de dix-huit ans, à la faveur de deux rencontres simultanées, celles de Francis Lalanne, alors âgé de quinze ans, et de Jean-Claude Gianadda, chanteur religieux, que je renoue avec l’écriture et décide de conserver mes écrits. Au fil des jours et des évènements de ma vie, poèmes et contes s’entassent dans mes tiroirs et en fichiers sur mon ordinateur.  

Aujourd’hui, entre mes occupations familiales et mon bénévolat dans une association sportive, je consacre mon temps libre à l’écriture de romans.

Depuis 2020, sous la pression de mes petits-enfants, j'ai décidé de leur consacrer une partie de ma production.

Bibliographie :

Un loup dans la Bergerie - Editions Baudelaire (juin 2012) - 2ème édition : Editions Les Presses du Midi      (octobre 2014)

Une vie de chien errant - Editions Les Presses du Midi (Juillet 2013)

Quand le feu couve sous la cendre - Editions Les Presses du midi (Novembre 2013)

A cause d'un sourire - Editions Les Presses du Midi (Septembre 2014)

Tu n'en sortiras pas vivant - Editions Les Presses du Midi (Septembre 2015)

Le Monde Autrement, Tome 1 : La naissance d'une étoile - Editions Les Presses du Midi (Mai 2017)

Le Monde Autrement, Tome 2 : Le fils de la forêt - Editions Les Presses du Midi (Juin 2017)

Le Monde Autrement, Tome 3 : Le secret de Jeanne - Editions Les Presses du Midi (Juin 2017)

Le Monde Autrement, Tome 4 : L'enfant miracle - Editions Les Presses du Midi (Août 2017)

Le Monde Autrement, Tome 5 : Le monde du miroir - Editions Les Presses du Midi (Septembre 2017)

Le Monde Autrement, Tome 6 : La révolte des Elfes - Editions Les Presses du Midi (Septembre 2017)

Une corde au cou - Editions Les Presses du Midi (Avril 2018)

Petits secrets de voisinage - Editions Maïa (Mars 2019)

L'avenir ne nous appartient pas - Editions Nombre 7 (Octobre 2019)

Sauver Tristan - Editions Nombre 7 (Septembre 2020)

 

Mon parcours éditorial :

Vous vous demandez, peut-être, pourquoi j’ai plusieurs maisons d’édition. Mais, comme pour beaucoup d’auteurs, mon parcours éditorial n’a pas été simple.

Enfant, j’ai souvent souhaité suivre les pas de mes écrivains préférés et être lue. Mais l’étiquette « nulle en français » m’en barrait l’accès.

Lorsque, adulte et libérée des devoirs de maman, j’ai décidé de casser cette étiquette, cela n’a pas été sans mal. J’ai fait un premier essai au début des années 2000. J’ai envoyé un roman à une maison d’édition parisienne qui ne l’a pas retenu, cela ne correspondait pas à leur ligne éditoriale. On m’aurait renvoyé mon texte, mais je ne l’ai jamais reçu. Or, quelque temps après, j’ai retrouvé l’idée générale de mon roman dans celui d’un auteur connu, jusqu’à une phrase complète. J’ai misé sur une coïncidence, mais, de ce jour, j’ai décidé de ne plus envoyer de texte par la poste. 

Pour l’essai suivant, j’ai donc recherché une maison d’édition qui accepte les envois par mails. Sauf qu’en 2005, les seules que l’on trouvait étaient à compte d’auteur. La somme demandée étant un peu trop conséquente, j’ai renoncé (ma fille était encore en âge scolaire et j’ai préféré préconiser ses études). J’ai continué d’écrire, pour le plaisir. J’ai commencé par un conte moderne à mi-chemin entre rêve et réalité que je n’arrivais pas à finaliser, puis je me suis lancée dans un roman policier que j’ai mis de côté, parce que les morts ce n’était pas mon truc, pour reprendre mon conte qui n’a fait que grossir. Finalement, j’ai ressorti le polar de mes fichiers. Je l’ai trouvé plutôt bien ficelé et pas très différent de ce que je lisais. 

En 2010, j’ai donc décidé de retenter l’aventure de l’édition, mais toujours sans envoi postal. Là encore, je n’ai repéré que des maisons à compte d’auteur. Lorsque l’une d’elles, les éditions Baudelaire, m’a répondu favorablement, j’ai accepté malgré la somme demandée. Mes enfants étaient tous sortis du circuit scolaire, c’était le moment ou jamais.

Je n’avais pas vraiment l’intention de continuer. J’avais réalisé mon rêve. Mais les lecteurs réclamaient une suite. Il m’a donc fallu chercher un autre éditeur. Celui que j’ai trouvé était à Toulon (Les Presses du Midi). Je suis allée lui déposer mon second roman qu’il a accepté. On a fait tout un plan d’avenir. Il prenait le premier (qu'il édite, c'est-à-dire mon second titre), à compte d’auteur, mais publiait d’office celui d’après à compte d’éditeur ainsi que les suivants, si les ventes marchaient. Il envisageait même la reprise du premier, une fois que je serais libérée de mon contrat. Je suis restée cinq ans chez lui (la durée prévue sur le contrat initial). Mais, bien que j’ai aimé travailler avec lui, j’avais envie de sortir du cadre régional dans lequel il enfermait, peut-être inconsciemment, ses auteurs, étant son propre diffuseur.

J’ai commencé par tenter le prix du quai des Orfèvres (en 2016 et 2017)… mais ça n’a pas marché, même si le jury de la première sélection a apprécié (on m’a contactée pour le dire). Bref, je voulais tout de même continuer l’aventure. J’ai alors cherché une maison d’édition dont la diffusion serait plus « nationale ». J’ai repéré les éditions Maïa à Paris. Ils ont pris mon ouvrage en main, mais les promesses faites n’ont pas été tenues. Il me fallait donc envisager autre chose. C’est ainsi que j’ai atterri dans une maison d’édition qui m’avait déjà contactée quelques années plus tôt (mais je venais de signer pour 5 ans aux Presses du Midi) et dont les amis auteurs publiés chez elle étaient plus que satisfaits. C'est ainsi qu'en 2019, j’ai signé mon premier contrat chez Nombre 7.  

En 2020, j’ai souhaité consacrer une partie de ma production aux enfants.

J'ai commencé par les tous petits (pour mon petit Ange de deux ans). Là, j’ai préféré l’auto-édition. La qualité des dessins n’étant pas très technique (je ne sais pas dessiner et me sers de modèle que je transforme avec un logiciel), je ne veux pas remettre un travail un peu « bâclé » à un éditeur.

Sous la pression de mes petits-enfants (les plus grands), j’ai également entamé une série pour les jeunes de 8 à 12 ans. J’ai confié le premier volet à Nombre 7.

Voilà, donc, à ce jour, mon parcours éditorial. Désormais, j’espère collaborer avec Nombre 7 aussi longtemps que j’aurais l'envie d’écrire.

Voir mes livres pour enfants :

 
retour au menu